Le fil de la médiathèque

Veille de bibliothècaire

Archives mensuelles de “septembre, 2012”

La BnF ouvre son service de chat | Enssib

Partagé par Phelly

Lire l’article original

Cet article provient de Le Bouillon des Bibliobsédés http://www.enssib.fr/breves/2012/09/21/la-bnf-ouvre-son-service-de-chat?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=la-bnf-ouvre-son-service-de-chat-enssib

Livres voués au gémonies pour bibliothèques underground

Début 2012, le Tucson Unified School District (TUSD), un important district scolaire en Arizona, fit la une de l’actualité en écartant des cours et bibliothèques scolaires des ouvrages que les autorités estimaient encourager la chute du gouvernement américain, inciter le chauvinisme ethnique ou encore oser avancer que les Hispano-américains seraient oppressés (sic!), et ce en vertu de la loi HB 2281 A.R.S. §15–112. Les livres jugés comme inappropriés (et par conséquent illégaux) étaient tout simplement retirés des listes de lectures, des cours et des bibliothèques scolaires, parfois même durant les cours ! Parmi les ouvrages concernés, rien de moins que Pedagogy of the Oppressed du philosophe et pédagogue brésilien Paulo Freire, La Tempête de William Shakespeare ou encore le collectif Rethinking Columbus : The Next 500 Years qui permet aux enseignants de revoir et repenser avec leurs élèves la façon dont l’Amérique a été « découverte ».

Adriana McCleer, une bibliothécaire et doctorante de l’University of Wisconsin-Milwaukee, a eu l’idée géniale de constituer une nouvelle bibliothèque. Mais pas de n’importe quel type. Une bibliothèque underground, qui se composerait justement des livres interdits dans les écoles de Tucson !

Dans le même ordre d’idée, plusieurs dissidents cubains ont eu une initiative analogue il y a quelques années. Afin de contrer le circuit officiel et monopolistique de l’édition et de la distribution sur l’île, ils ont décidé de mettre en place des bibliothèques privées. Celles-ci sont constituées de dons, souvent originaires de l’étranger, et hébergées dans leurs propres maisons. La célèbre bloggeuse Yoani Sánchez fait partie de ces bibliothécaires outsider.

Enfin, n’oublions pas non plus cette élève américaine d’une école catholique qui, il y a quelques années, suite à l’interdiction de lecture de plusieurs livres dans son école, a décidé de mettre en place une bibliothèque secrète dans son casier, au sein même de l’école. Parmi les ouvrages interdits dans l’établissement, rien de moins que Les Contes de Cantorbéry, Candide, Le Parrain, La Ferme des animaux, Entretien avec un vampire, Le Portait de Dorian Gray, Sa Majesté des Mouches, Les Contes de Grimm, Vol au-dessus d’un nid de coucou, L’Attrape-coeurs… Succès garanti de cette bibliothèque underground auprès des condisciples !

Des initiatives sympas et stimulantes pour aborder la prochaine Banned Books Week (30 septembre-6 octobre 2012)… (Même si, je le répète, je n’aime pas l’expression “banned books” dans ce cas de figure. :-) )

Sources :



Classé dans:censure, collections & fonds Tagged: États-Unis, Banned Books Week, campagne, censure, Cuba, engagement, liberté d’expression, liberté de lire, livre contesté, livre interdit, loi & règlement

Cet article provient de biblioth|ê|thique http://bibliothethique.net/2012/09/25/livres-voues-au-gemonies-pour-bibliotheques-underground/

Etat-Unis : les bibliothèques de la différence ?

L’association des bibliothécaires américains (ALA) a publié le 20 septembre dernier sur son site une étude intitulée Diversity Counts. Une mise à jour des données statistiques sur le genre, la race et l’âge des employés de bibliothèques. L’American Library Association la plus ancienne dans la profession et compte près de 60 000 membres. Sa mission est de promouvoir la meilleure qualité possible de service.

 

 

Study

Lester Public Library (CC BY-NC-SA 2.0)

 

 

 

 Les rapports statistiques sont consultables à cette adresse. Une étude menée avec le concours de la firme Decision Demographic basée à Arlington en Virginie. Elle a été réalisée avec l’ambition de rendre le réseau des bibliothèques suffisamment représentatif de la diversité ethnique du pays. Ainsi, le pourcentage de bibliothécaires appartenant à une minorité ethnique dans le pays a augmenté, avec 12 % en 2009 et 2010, contre 11 % en 2000. Mais cette hausse est jugée trop timorée.

 

Une chose n’a pas changé, les bibliothécaires sont en majorité des femmes, qui plus est d’origine anglo-saxonne. « Bien que les résultats montrent une certaine amélioration de l’insertion des minorités ethniques que l’on retrouve dans la profession, nous avons clairement un long chemin à parcourir », d’après Maureen Sullivan, présidente de l’ALA.

 

« Pour continuer à servir les collectivités, nos bibliothèques doivent refléter cette diversité. Nous devons continuer à offrir des initiatives comme le programme des bourses d’études Spectrum, pour recruter et former les bibliothécaires de couleur. Nous devons également faire les recherches nécessaires et découvrir des moyens efficaces pour augmenter ce nombre. Il s’agit d’une urgence pour nous tous ».

 

Et en effet, ces chiffres sont encore minuscules, car d’après les nouvelles données comptabilisées sur la base du recensement 2010, sur 16,3 % de latinos, seulement 3,1 % d’entre eux sont bibliothécaires et 9 %, assistants de bibliothèque. Pour 12,6 % d’Afro-Américains, seulement 5,1 % sont bibliothécaires et 9,3 % sont assistants de bibliothèque. Enfin, pour les personnes d’origines asiatiques et océaniennes, qui composent 5% de la population, seulement 2,7% d’entre eux sont bibliothécaires attitrés et 5,5 % assistants.

 

D’autres tendances sont encore révélées. Ainsi, la majorité des bibliothécaires possèdent entre 55 et 64 ans, à raison de 34,8 %. Pour les moins de 45 ans, ils représentent 34,3 % de la part globale des employés. Et enfin bonne nouvelle, les employés rajeunissent, puisqu’en 2000, ce chiffre était de 30,2 % .

 

« Promouvoir l’excellence et la diversité dans le domaine des bibliothèques est l’un des objectifs prioritaires de l’association » selon Keith Michael Fields, le Directeur Exécutif d’ALA. « Au cours des deux dernières décennies, l’association a pris un engagement majeur. Compte tenu de l’amélioration relativement faible dans la diversité ethnique au sein de la profession et au cours de la dernière décennie, nous aurons besoin d’un effort supplémentaire pour aller de l’avant. Notre objectif est avant tout d’acquérir une force de travail très diversifiée ».

 

Les initiatives de l’ALA comprennent le programme de bourse Spectrum, qui a récemment investi 1 milliard de dollars en soutien au système de bourses qui permet aux élèves de différentes origines, d’effectuer une formation.

 

Cet article provient de Actualitté – Une page de caractère http://www.actualitte.com/bibliotheques/etat-unis-les-bibliotheques-de-la-difference-36965.htm

« Le quotidien de la Bpi se dégrade », dénoncent les syndicats

L’intersyndicale de la Bpi avait adressé au ministère de la Culture, le 14 septembre dernier, le courrier suivant. Une lettre soulignant les difficultés de l’évolution du projet souhaité par Frédéric Mitterrand, quand il était ministre de la Culture. Elle fait également suite à une étonnante réaction et dénoncer le comportement de Daniel Guérin, en charge des affaires sociales pour le ministère de la Culture, qui avait refusé de rencontrer les représentants du personnel, après qu’un préavis de grève a été lancé. 

 

Nous le reproduisons dans son intégralité. 

 

 

Madame la ministre, 

 

Nous vous avons demandé rendez-vous en mai dernier non pas dans le cadre des prises de contact syndicat/ministère à l’occasion d’un changement de gouvernement mais parce que pour nous il y avait urgence à ce qu’un regard neuf réexamine le projet de P. Bazin pour la Bpi.

 

Depuis cette date la situation ne s’est pas améliorée.La bibliothèque est toute entière organisée depuis le mouvement despersonnels de mars vers un projet qui tel qu’il est présenté officiellementne tient pas dans les espaces qui sont les nôtres.

 

Le personnel est désorienté par un management déloyal. Le quotidien de la Bpi se dégrade. Nous avons finalement reçu une proposition de rendez-vous de la part de Monsieur Guérin pour fin septembre.

 

Entre temps, compte tenu de la gravité extrême de la situation dans laquelle nous nous trouvons, le personnel  de la Bpi  a voté en assemblée générale mardi dernier le principe d’une grève ce jour là afin d’appuyer notre démarche au-delà de ses revendications.

 

Il se trouve que dès le mercredi Monsieur Guérin  a contacté par téléphone un membre de l’intersyndicale en lui spécifiant qu’il n’assurera pas lerendez-vous si nous maintenons notre préavis de grève.

 

Nous espérons que la collègue qui a reçu ce message a mal compris et que vous avez finalement décidé de nous recevoir vous-même, sans quoi nous serions amenés à penser que votre circulaire sur la nécessité de pratiquer un véritable dialogue social ne trouve pas écho au sein même de votre ministère.

 

Veuillez croire Madame la Ministre à notre attachement au service public de la Culture

 

L’intersyndicale de la Bpi

 

 

Suite à ce courrier, M. Guérin a finalement accepté de recevoir les représentants, le 28 septembre, la grève ayant été prévue ce mercredi 26. Logiquement, les préavis de grève respctant un délais d’une semaine, les autorités de tutelle doivent légalement recevoir les représentants.

 

Depuis 2010, Daniel Guérin était directeur des ressources humaines du Centre Georges Pompidou, avant de prendre ses fonctions ; il est également conseiller général du Val-de-Marne et conseiller régional d’Ile-de-France.

 

A Lire

le grand projet de Mitterrand pour BPI tourne au préavis de grève

 

Cet article provient de Actualitté – Une page de caractère http://www.actualitte.com/bibliotheques/le-quotidien-de-la-bpi-se-degrade-denoncent-les-syndicats-37005.htm

Plus de 100 millions de téléchargements pour la bibliothèque Kindle

La bibliothèque de prêt d’ebooks d’Amazon, Lending Library, possède un éventail de plus de 180.000 titres numériques exclusivement réservés aux aficionados du Kindle. La plateforme met les livres gratuitement et pour une durée illimitée à la disposition de ses membres Premium. Cette sélection d’ebooks que l’on ne trouve nulle part ailleurs devient un argument de poids qui pourrait peser sur la concurrence.  

 

 

 

Amazon a annoncé aujourd’hui que les exclusivités Kindle ont été achetées, téléchargées, ou empruntées plus de 100 millions de fois. Russ Grandinetti, vice-président du contenu Kindle a affirmé : « Nous avons une immense bibliothèque de livres qui sont disponibles uniquement sur le Kindle, et ils sont super populaires. En moins d’une année, ils ont été téléchargés plus de 100 millions de fois. […] Les livres exclusifs sont un grand avantage pour les lecteurs étrangers, et nous allons continuer à travailler dur pour nous assurer que l’écosystème Kindle soit le meilleur au monde pour nos clients. »

 

Parmi les grands succès que compte la liste : A Modern Witch de Debora Geary a détrôné brièvement Fifty Shades of Grey en prenant la tête de la liste des best-sellers Kindle. War Brides d’Helen Bryan se maintient depuis huit semaines au sein du Top 10 avec ses 270.000 téléchargements. Une série de trois ouvrages de Karen McQuestion, A scattered Life, Easily Amused et The Long Way Home, ont quant à eux été achetés ou empruntés 500.000 fois. Les ventes de la série débutée dans les 50’s : 87th Precinct d’Ed McBain, ont dépassé les 250.000 exemplaires depuis le mois de décembre. 

 

Les auteurs qui rejoignent KDP Select ont ainsi la possibilité de rendre leurs livres exclusifs. Jusqu’à présent, la sélection du mois de juillet a majoré ses royalties de 77 % en comparaison aux trois mois ayant précédé leur intégration à la liste. ( sans compter les bénéfices tirés par le biais du fonds KDP )

 

L’auteure à succès Stephanie Bond, dont l’exclusivité ebook Our Husband est actuellement classée au Top 10 des ventes chez Kindle, a ainsi vu ses royalties multipliées par 20 depuis son entrée dans le programme au mois de mars. Elle a témoigné : « L’exposition a donné à mon livre une visibilité que je n’aurais jamais pu atteindre par moi-même. En cette époque où les consommateurs sont confrontés à des choix de divertissement illimités, la Lending Library Kindle permet aux lecteurs occupés de déguster un livre sans risque.

 

C’est une découverte inestimable pour un auteur comme moi qui essaie de me faire entendre au-dessus de la cacophonie. Et ça marche ! Je reçois des courriels tous les jours de lecteurs qui ont essayé un de mes livres dans la bibliothèque de prêt, et maintenant ils ont lu tous mes ouvrages disponibles. »

 

Cet article provient de Actualitté – Une page de caractère http://www.actualitte.com/acteurs-numeriques/plus-de-100-millions-de-telechargements-pour-la-bibliotheque-kindle-36325.htm

Auteurs et éditeurs indépendants, invités numériques en bibliothèque

Encourager les auteurs locaux à soumettre leurs romans en format numérique pour les intégrer au système de prêt de la bibliothèque et leur offrir une plus grande exposition, voilà l’idée annoncée par la Washington County Library. C’est qu’il faut bien faire face aux réticences des grands éditeurs, et parvenir malgré tout à constituer un catalogue d’ebooks pour les usagers…

 

St George Branch Washington County Library

 

La volonté de Joe Manion, directeur des services publics pour les Washington County Libraries, provient d’une initiative déjà engagée dans le comté de Douglas, dans le Colorado. Quoi de plus normal que d’envisager un tel réseau quand l’on sait que les bibliothèques du Washington County ont connu cette année une croissance très respectable de leur collection de livres numériques ?

 

« Nous avons toujours été très préoccupés du fait de rendre les oeuvres de tout le monde accessibles », déclare Joe Manion. « Ce qui est un peu plus difficile, c’est d’arriver à trouver le petit auteur, l’auteur qui commence, l’auteur local — mais maintenant nous avons la révolution de l’ebook ».

 

Cette méthode novatrice permet de développer un portefeuille d’ebook considérable et unique pour les bibliothécaires, en même temps qu’elle offre un système organisé qui renseigne sur l’activité littéraire d’une région. Un moyen certainement efficace (mais non rémunérateur) pour encourager les nouvelles plumes à s’expérimenter et à faire leurs preuves.

 

« Ce projet est propice aux découvertes », annonce Tchad Lubbers, responsable des RH de Stafford Library. « Les gens seront en mesure de découvrir de nouveaux auteurs et des auteurs seront reconnus — peut-être même que nous trouverons la prochaine Amanda Hocking ».

 

Tchad Lubbers, qui encourage cette idée, pense qu’à plus long terme elle pourrait devenir une initiative d’État.

 

En attendant, voilà les critères exigés pour intégrer les systèmes des ebooks locaux (Library Local Connect) des bibliothèques :

  • un ebook reconnu par quelque prix du Midwest
  • un livre écrit ou publié par un membre du Midwest Independent Publishers Association
  • un livre indépendant ou autopublié écrit par un auteur du Minnesota ou au sujet du Minnesota.

Puisqu’évidemment c’est toujours la technologie qui ralentit, le système demande encore quelques simplifications avant de pouvoir être considéré comme un apport réellement important dans la banque des bibliothèques.

 

Cet article provient de Actualitté – Une page de caractère http://www.actualitte.com/bibliotheques/auteurs-et-editeurs-independants-invites-numeriques-en-bibliotheque-36293.htm

La Digital Public Library of America reçoit 1 million $

L’initiative du directeur de la Bibliothèque de Haravard a reçu la somme du National Endowment for the Humanities.

Cet article provient de Livres Hebdo : Actualités http://www.livreshebdo.fr/actualites/DetailsActuRub.aspx?id=9006#9006

Dis… c’est quoi ton métier ? Les bibliothécaires jeunesse | La mare aux mots

Partagé par Bibliobsession – Silvae

Commentaire de Bibliobsession – Silvae : 
Tous les mercredis de juillet et août je vous propose de découvrir un métier grâce à deux personnes qui font ce métier-là. Vous découvrirez ainsi ceux qui travaillent autour du livre pour enfants : illustrateurs jeunesse, éditeurs de livres pour …

Lire l’article original

Cet article provient de Le Bouillon des Bibliobsédés http://lamareauxmots.com/blog/dis-cest-quoi-ton-metier-les-bibliothecaires-jeunesse-avec-laurence-horvais-et-thierry-bonnety/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=dis-cest-quoi-ton-metier-les-bibliothecaires-jeunesse-la-mare-aux-mots

Navigation des articles