Le fil de la médiathèque

Veille de bibliothècaire

L’expérience numérique prend fin pour Edouard Brasey

Début avril, ActuaLitté signalait l’initiative d’Édouard Brasey, auteur de 70 romans, qui décidait d’expérimenter la commercialisation de son livre, directement en numérique, et après 15 jours, découvrait l’ouvrage dans le top 10 des ventes de thriller. Pour lui, c’était « la preuve que l’on peut faire un best-seller en édition numérique », mais surtout, que l’on peut répondre à des impératifs intrinsèquement liés au texte. 

 

Cette mise en vente au format numérique devait précéder la signature d’un contrat avec un éditeur, nous expliquait-il (voir notre actualitté). Eh bien, c’est chose faite, puisqu’il nous informe de la signature avec les éditions Télémaque, d’un contrat pour la publication en version papier de l’ouvrage.

 

 

 

Au final, l’ouvrage La prophétie de Pierre, commercialisé le 23 mars, aura réalisé près de 3000 ventes, via la seule plateforme Amazon – où l’on pouvait acheter le titre pour 2,99 €. 

 

Ce succès numérique m’a permis d’intéresser des éditeurs qui ont été sensibles à la curiosité du public. En outre, les affaires récentes concernant le Vatican m’ont permis de réactualiser le roman, dont l’action se déroule justement en grande partie au Vatican en décembre 2012, dans une atmosphère de fin de règne avec un pape mourant et un complot organisé par son secrétaire d’État.

 

La mobilité de l’édition numérique permet en effet de modifier le texte comme on le désire. J’ai également tenu compte de commentaires et conseils de lecteurs pour changer certaines scènes.

La conclusion de cette aventure est que les Éditions Télémaque viennent d’accepter de publier ce roman à la rentrée de septembre. Cet engouement pour l’édition numérique est pour eux un facteur de succès pour la future édition papier.

 

En accord avec l’éditeur, je vais donc arrêter la commercialisation de mon thriller lundi prochain, le 18 juin, afin de ne pas interférer avec la publication prochaine de la version « libre papier » dans 4 mois. Jusqu’à cette date, le roman est encore téléchargeable sur le site Amazon.

 

Pour mémoire, les éditions Télémaque sont dirigées par Stéphane Watelet, et diffusées par la SODIS. Parmi les auteurs polar/thriller, on retrouve Jérôme Camut et Nathalie Hug. 

  

L’expérience au bout de la ligne

 

On notera l’analyse d’Alan Spade, fidèle détracteur d’ActuaLitté, à qui l’on dira un jour que notre ligne éditoriale nous permet de tirer à boulet rouge quand c’est nécessaire, quel que soit l’acteur. « Aucun succès n’est reproductible tel quel en édition. À moins d’un coup de chance, obtenir un succès auprès des lecteurs prend la plupart du temps des années. Et cela continuera avec l’ebook. Le métier d’auteur, qu’il soit édité ou autoédité, restera très difficile, et demandera beaucoup de courage et de persévérance, sans parler bien sûr du talent et de la chance. »

 

Du reste, Édouard Brasey porte sur cette aventure un regard avisé. En majorité, les lecteurs préfèrent attendre la version papier pour découvrir le livre, souligne-t-il. Seuls ceux qui sont déjà équipés d’un lecteur ebook le commandent et le lisent en numérique. Les auteurs qui utilisent le numérique comme moyen parallèle d’édition (auto-édition) aimeraient que ce moyen supplante la version classique. « Mais il est rare que les livres numériques dépassent pour l’instant les quelques centaines d’exemplaires vendus, et à mon sens l’édition classique demeure la seule réellement reconnue aujourd’hui. »

 

Et de pointer plusieurs éléments à retenir de cette expérience : 

  • celui de trouver rapidement des lecteurs et de tester l’intérêt du livre sur le public
  • tenir compte des remarques ou critiques des lecteurs ou de l’évolution de l’actualité (Vatican) pour améliorer le texte ou le réactualiser;
  • s’adresser à un « premier public » féru de nouvelles technologies, différent du public classique qui se rend dans les librairies.

 

« C’est pourquoi j’ai accepté de mettre fin dès lundi à cette expérience numérique, afin de laisser à la prochaine version « papier » (qui sera relue et bénéficiera d’une lecture éditoriale professionnelle) toute sa virginité. »

 

Aventure intéressante, que celle du retour à l’éditeur papier, alors justement qu’Amazon propose désormais un service d’impression à la demande pour les utilisateurs de son service d’autoédition. Edouard Brasey nous l’avait de toute manière assuré : le papier reste sa priorité.

 

Cet article provient de Actualitté – Une page de caractère http://www.actualitte.com/actualite/monde-edition/societe/l-experience-numerique-prend-fin-pour-edouard-brasey-34768.htm

Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :