Le fil de la médiathèque

Veille de bibliothècaire

Les livres enrichis pour les enfants en question

Child-with-ipadLes livres enrichis pas forcément si bons que cela pour les enfants. C’est ce que tendrait à prouver une étude réalisée par le Joan Ganz Cooney Center à New York auprès de 32 couples de parents d’enfants de 3 à 6 ans. Contrairement à des livres imprimés ou à des versions de livres numériques simples, les livres enrichis distraient les enfants de l’histoire et les empêchent de se souvenir des détails narratifs.

Le livre enrichi invite plus vers du non-contenu, des interactions connexes (par exemple lié au comportement ou à la parole, au mouvement des mains, etc.) pour les enfants et les parents que les livres simples. Toutes les fonctionnalités supplémentaires peuvent être sources de distraction. Les livres simples sont plus avantageux pour la construction à l’alphabétisation et la lecture à deux, les livres enrichis incitent à la participation et à l’interaction physique.

Les chercheurs avertissent que les concepteurs doivent faire preuve de prudence lors de l’ajout des fonctionnalités, en particulier lorsque ces fonctions ne se rapportent pas directement à l’histoire, et conseillent aux parents, aux enseignants de se démarquer des livres enrichis lorsque la priorité est l’alphabétisation, le renforcement des expériences qui vont au-delà du «juste pour le plaisir», parce que les fonctionnalités supplémentaires peuvent distraire petits et grands de l’histoire, affecter la nature de la conversation et la quantité de détails à se rappeler pour l’enfant.

Les livres enrichis trouvent malgré tout leur place. Les enfants semblent les aimer. S’ils peuvent engager des enfants qui pourraient ne pas être intéressés par la lecture, ils permettent d’atteindre un objectif important. « Dans notre étude, nous avons surtout cherché à mesurer la lecture des livres avec un accent sur l’apprentissage et la compréhension. C’est seulement l’une des nombreuses fins pour la lecture. Si le but est tout simplement de s’amuser ou d’explorer un conte classique d’une manière nouvelle, les livres enrichis sont intéressants. »

Les chercheurs espèrent maintenant étendre l’étude avec un plus grand nombre de participants. La synthèse de l’étude est ici (via TheGuardian).

Cet article provient de Aldus – depuis 2006 http://aldus2006.typepad.fr/mon_weblog/2012/06/les-livres-enrichis-pour-les-enfants-en-question.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+typepad%2FOEkF+%28Aldus+-+2006%29

Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :